D'une symbiose supposée entre Raison philosophique et Révélation biblique

Dans La philosophie et l'esprit chrétien, Maurice Blondel posait les principes d'une symbiose entre la Raison philosophique et la Révélation biblique.
Une tentative - une de plus - qui passerait inaperçue si elle ne s'effectuait pas curieusement au nom du principe de contingence. La méthode préconisée par l'auteur s'annonce comme "cycloïdale", c'est-à-dire que la spéculation rationnelle et les données de la Révélation doivent s'éclairer mutuellement dans un esprit d'intégration et non de juxtaposition. Raison et Révélation sont donc toutes deux marquées par une contingence originaire. La Raison, parce que cherchant à penser le nécessaire et l'universel, elle ne peut dépasser ses conditions naturelles et bute finalement sur des apories métaphysiques. La Révélation, puisque par définition celle-ci consiste en une expérience qui, pour être surnaturelle, n'est reste pas moins une certitude de fait, non justifiée. Elle réclame donc l'intervention de la Raison afin de passer au stade d'une connaissance universellement admise. Le point d'orgue de la Révélation biblique, dans l'esprit chrétien, réside dans le mystère de la Trinité. C'est ce mystère qui commande la méthode cycloïdale elle-même et qui, surtout, impose l'idée de contingence. En effet, la Trinité explique le monde comme Création et détermine du même coup l'existence humaine comme destinée, à travers son déploiement historique. Les prétentions de la Raison ne sauraient donc porter sur le contenu métaphysique de la Révélation qu'il faudrait interpréter ou dépoussiérer, encore moins sur sa contingence elle-même (sa contingence est précisément son mystère), mais plutôt sur la réalité contingente du monde en tant que marquée par la présence du surnaturel. Par une sorte de jugement réfléchissant, dans lequel elle n'outrepasse jamais ses limites naturelles tout en s'élevant à la transcendance, la Raison applique à la contingence mondaine et à l'existence humaine - lui donnant sens et la spiritualisant - la contingence principielle de la Révélation. La symbiose entre philosophie et religion n'est donc en aucun cas un point d'arrivée, un résultat, mais bien une condition de départ et une présupposition, puisqu'elle s'appuie sur un principe de contingence a priori affectant le naturel comme le surnaturel.